Maison où le sculpteur
Ossip Zadkine
vécut avec son épouse, Valentine Prax, peintre, à Caylus (Tarn & Garonne). 
Il sculpta un Christ monumental visible dans la cathédrale.
plus de détails à Caylus (bas de page)

Musée Zadkine de Paris

100 bis, rue d'Assas
75006 Paris
Tél.: +33-1-43 26 91 90
Fax: +33-1-40 46 84 27

http://www.ossip-zadkine.com/

Vidéomuseum



Juillet, août et septembre 2003 et 2004 : 
Exposition ZADKINE à la Maison Payrol
Bruniquel se souvient du mariage 
d'Ossipe ZADKINE et de Valentine Prax, peintre,
à BRUNIQUEL

La Dépêche du Midi
mardi 15 juillet 2003
Bruniquel se souvient de Zadkine 

Présentation à Bruniquel de trois oeuvres originales de Zadkine et de Valentine Prax dans le cadre fastueux d'un Hôtel de Marchands du XIIIe siècle

Une inauguration intimiste s'est tenue récemment à la Maison Payrol, en présence de Michel Montet, Maire de Bruniquel, des conseillers municipaux et des membres du Syndicat d'Initiative. La Maison Payrol qui se consacre depuis plus de 10 ans à la conservation et à l'enrichissement du patrimoine local, se devait d'attribuer une place de choix à ces deux personnages attachants, presque indispensables à notre quotidien ; simples et discrets Bruniquelais, dont la valeur artistique ne fut mondialement reconnue que bien des années plus tard. 

Nous relations déjà dans la Dépêche du 27 août 2000 les circonstances dans lesquelles le sculpteur Ossip Zadkine avait découvert Bruniquel grâce à son ami le peintre Henri Ramey, figure ô combien représentative du village. Nous découvrons aujourd’hui l’histoire du fabuleux mariage d’Ossip Zadkine avec Valentine Prax, le 14 août 1920, grâce au livre de Gaston-Louis Marchal, Zadkine, Homme du Quercy. 

Trois oeuvres d'un intérêt particulièrement sentimental pour Bruniquel sont exposées en juillet et août, accompagnées d’interprétations originales, résultats de patientes investigations menées par André Dupré à la lueur de témoignages trouvés dans les carnets intimes, correspondances et notes diverses. Rappelons qu’André Dupré s’est vu décerner la médaille d'argent 2001 du Ministère du Tourisme, en remerciement de son rôle joué à la maison Payrol dans la mise en valeur du partimoine. 

De V. Prax, L’accident. Le tableau nous émeut ; la cavalière vole au secours de son cavalier. 

Puis, un dessin du village de Bruniquel qui reflète la poésie nostalgique du temps où les amoureux, discrets comme tout, étaient logés « pour presque rien » dans la maison du Vieux Castel, et se promenaient en jardinière. Et là, un dessin de Zadkine La femme aux membres écartées semble danser devant nous, toute vibrante. 

Zadkine voulait « épouser la terre Quecynoise », se sentant « trop pauvre pour songer à se marier »... Pour autant, il nous reste la photo du mariage (on ne peut plus modeste, on leur prête les alliances), devant les grilles de la mairie de Bruniquel en présence du témoin Foujita. Dès lors, nous ne pouvons plus regarder ces grilles, forgées à Caussanus, de la même manière. La nuit de noce se déroula dans une masure délabrée « qui n'avait ni porte ni volets aux fenêtres », autre propriété du Vieux Castel. 


Le jour du mariage, degauche à droite : Zadkine, Valentine Prax et ses parents, Fernande Barrey et son époux le peintre Foujita 
devant les grilles de la mairie de Bruniquel, toujours visibles. 

Nous apprenons que Zadkine appelait la buraliste « Madame la tabatière » et la boulangère « Madame la panière ». Il comparait les antiques et somptueux obradors du XIIIe siècle à « un amoncellement de vieux dentiers » ! L’ami Belaygues lui préta une grange. On lui apporta un arbre de Grésigne. Il y sculpta sa première Diane. 

Dans le catalogue de l’exposition d’Arles Zadkine, gouaches des années vingt, (1992), nous découvrons deux œuvres dont l’étude attentive prouve qu’elles ont été réalisées à Bruniquel, donnant lieu à une nouvelle interprétation : le foirail St Roch avec boeufs et maquingnons, la terre rouge de Tortiguié, la croix des semailles et l’estrade des musiciens. Nous savons que le couple aimait se rendre à la foire aux mules du 11 août pour y écouter les musiciens-villageois et voir danser les jeunes. Il y a aussi L’alambic tiré par les bœufs ; on distillait à l’époque le vin des coteaux du Quercy… 

Ces touchantes évocations permettront sans doute de réhabiliter la mémoire de Zadkine tombée dans l'ombre à Bruniquel depuis plus de 80 ans ! Cette rétrospective est un hommage rendu à celui qui aimait tant Bruniquel dans le cadre « grandiose et sévère, sauvage et intact » du Quercy.
Il est définitivement acquis que Bruniquel est le point de passage obligé entre les Arques et Caylus où Zadkine laissa de nombreuses œuvres. 

C.S
Du 1er juillet au 31 aôut à la MAISON PAYROL à Bruniquel
Ouvert tous les jours de 10H à 19H. Tarifs habituel du musée : 3 €

Musée Zadkine – Les Arques – 46250 Cazals (Lot) 
Musée Zadkine, 100 bis rue d’Assas – 75006 Paris
 


Quelques dates :
Le dimanche 14 juillet 2003, jour de naissance de Zadkine, une assemblée d'hommes et de femmes, villageois, venus de loin, et qui avaient rencontrés Ossip et Valentine ou qui les aimaient, se réunissait aux Arques, pour une rencontre, une projection, des témoignages ... 
Expérience organisée par la mairie et le Musée Zadkine des Arques


Le vendredi 11 août 2000 dans la salle d'apparat des châteaux de Bruniquel, eut lieu une conférence avec un diaporama inédit : 

ZADKINE, Homme du Quercy 
donnée par Gaston-Louis Marchal, ami du couple. qui dédicaça son livre à cette occasion. Cette conférence fut organisée par la mairie, le syndicat d'initiative et la Maison Payrol, en commémoration du mariage d'Ossip Zadkine avec Valentine Prax célébré le 14 aôut 1920 à Bruniquel. 

page précédente


Septembre 2001, sortie de 

"Valentine Prax & Ossip Zadkine"

de Hans Knap (en hollandais)

http://users.bart.nl/~donker/home.html

Cliquer sur "Nieuwe Boeken"

La vie du peintre Valentine Prax, 
témoignages et documents inédits 
de la femme de Zadkine. 


                                                                 index